Maltraitance : quelques faits

Entre 10 et 20 % des personnes de plus de 65 ans peuvent vivre au moins une fois un épisode de maltraitance.

L’OMS, secteur Europe,  estime qu’il y aurait en Suisse 300’000 personnes de plus de 65 ans, très dépendantes et en demande de soin, concernées par la maltraitance. Les spécialistes estiment que ce n’est que la pointe de l’iceberg.

On parle souvent de la maltraitance des professionnels sur les personnes âgées, mais les statistiques montrent que la maltraitance existe aussi à domicile. Les cas sont même un peu plus élevés.

Selon l’association ALTER EGO (http://www.alter-ego.ch/) qui oeuvre dans la promotion de la dignité et du respect de la personne âgée :

  • 33 % des appels reçus concernent la maltraitance financière
  • 27 % des appels reçus concernent la maltraitance psychologique
  • 19 % des appels reçus concernent les négligences passives et actives
  • 8 % des appels reçus concernent la maltraitance physique
  • 8%  des appels reçus concernent d’autres formes de maltraitance
  • 5 % des appels reçus concernent la maltraitance médicamenteuse

La maltraitance n’est pas une fatalité. Les mécanismes, qui conduisent certaines personnes à exercer diverses formes de rudoiements ou de négligence, varient de cas en cas. Ils sont  cependant souvent le résultat d’émotions inconscientes, d’un vécu instabilisant de longue durée, d’un sentiment sourd d’impuissance et de stress dans la situation.